Comment le Réseau parlementaire de la CEDEAO encourage la sécurité alimentaire, l'autonomisation des femmes et l'investissement dans l'agriculture.

 

Le Parlement de la CEDEAO a inaugurer le premier réseau des parlementaires portant sur l'égalité de genre, les investissements dans l’agriculture et la sécurité alimentaire, avec le soutien de l'Organisation pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), de l'Institut international du développement durable (IIDD) et de OXFAM.
 

Son Excellence Moustapha Cissé Lô, président du Parlement de la CEDEAO, explique pourquoi les membres de la CEDEAO créent ce réseau.

 

POURQUOI LES MEMBRES DES PARLEMENTAIRES DE LA CEDEAO ONT-ILS CRÉÉ LE RÉSEAU SUR L'ÉGALITÉ DE GENRE, LES INVESTISSEMENTS EN AGRICULTURE ET LA SÉCURITÉ ALIMENTAIRE?

 

Le Parlement de la CEDEAO a un rôle crucial à jouer pour contribuer aux processus de développement de ses pays membres et pour traiter les problèmes critiques qui touchent ses habitants. Tous les pays d'Afrique de l'Ouest dépendent fortement de l'agriculture pour leur développement, leur commerce et leur intégration. Par conséquent, nous devons veiller à ce que les investissements dans le secteur agricole contribuent, entre autres, à la création d'emplois, à l'accès aux marchés et au soutien des infrastructures, sans mettre en péril les petits exploitants et risquer de pérenniser les inégalités de genre.

 

Les pays de la CEDEAO ont été chargés de faire appliquer des lois agricoles inclusives et respectueuses de l'égalité de genre afin d'accroître la production et la chaîne de valeur afin d'atteindre l'objectif de l'Afrique « Faim Zéro » d'ici à 2025. Le Parlement de la CEDEAO a reconnu et pris l'engagement de combler le fossé qui sépare les hommes et les femmes et d'accroître la participation des femmes au développement. Ces décisions sont une composante essentielle de la construction d'une société juste et de la réalisation de la sécurité politique, sociale, économique, culturelle et environnementale de nos populations.

 

Le réseau parlementaire s'appuiera sur ces engagements. Il vise à fournir aux parties prenantes un espace de dialogue de haut niveau pour plaider en faveur d'un échange soutenu des "meilleures pratiques législatives" liées à l'égalité de genre, à l'investissement responsable dans l'agriculture et à la sécurité alimentaire.

 

QUELLE EST LA PARTICULARITÉ DE CE RÉSEAU ?  

Nous voulons lutter contre les inégalités sociales et de genre dans les investissements agricoles et promouvoir les meilleures pratiques pour protéger les droits fonciers et encourager le développement local inclusif.



C’est pourquoi la vision du réseau est de promouvoir dans les pays de la CEDEAO des investissements agricoles inclusifs et équitables en termes de genre qui favorisent la sécurité alimentaire et nutritionnelle et réduisent la pauvreté. Le réseau offrira aux parlementaires de la région une plate-forme pour apprendre les uns des autres, partager leurs expériences, les défis et les succès sur les questions de genre, de foncier, d'agriculture et de sécurité alimentaire.



En entretenant le dialogue politique et en formant des alliances avec la Commission de la CEDEAO, les organisations internationales, les universités, la société civile et les organisations d'agriculteurs, le réseau encouragera ses membres à adopter des législations et des politiques efficaces et à sensibiliser davantage au changement en cours au niveau régional et national. 

 

QUELS SONT LES RÉSULTATS ATTENDUS DU RÉSEAU ?

Le réseau est novateur car il cherche à approfondir la compréhension des tendances et à apporter des réponses pour lutter contre les enjeux du foncier et les inégalités entre les femmes dans l'agriculture.



Il vise également à générer des investissements agricoles plus soucieuses sur le genre afin d’améliorer la gouvernance foncière et la sécurité alimentaire en Afrique. Le réseau enrichira également le débat sur la sécurisation des droits fonciers des femmes en Afrique parmi les parlementaires de la région.  Les débats, nous le pensons, se refléteront également dans les législations que les membres du parlement de la CEDEAO plaideront au sein de leurs assemblées nationales dans le but de réaliser des investissements sûrs, inclusifs et soucieux de l’égalité de genre.

 

QUELLE EST LA PROCHAINE ÉTAPE POUR LE RÉSEAU?

Le réseau a été inauguré le 11 décembre 2018, en marge de la 2ième session ordinaire. Le réseau est une initiative du Parlement de la CEDEAO et sera soutenu par des organisations partageant la vision du réseau comme la FAO, l'IISD, OXFAM et WILDAF.



Le réseau et ses partenaires conviendront d’un plan d’activité pour améliorer l’efficacité du réseau et définiront le potentiel du réseau pour atteindre son objectif. En outre, le Parlement définira le mécanisme et les structures liés à la fonction du réseau et élira les membres du Bureau du réseau. Le réseau collaborera également avec des organismes continentaux, des experts de la région et au-delà, ainsi qu'avec d'autres institutions et agences qui partagent les mêmes préoccupations.



Le réseau offre au Parlement une excellente occasion de s’engager sur des problématiques critiques et de définir les priorités régionales.

 

source: https://iisd.org/blog/ecowas-food-security