Primavera Diaz Les mères mexicaines dont les filles ont été victimes de fémicides réclament justice.

Que ce soit à la maison, au travail, dans la rue ou même en ligne, les femmes et les filles du monde entier restent très vulnérables à la violence sexiste, ce que la pandémie de la Covid-19 n'a fait qu'amplifier, ont déclaré jeudi 16 décembre 2021 six hautes responsables de l'ONU.

 

Les dirigeantes onusiennes, parmi lesquelles se trouvaient la Vice-Secrétaire générale Amina Mohammed et les cheffes des principales agences des Nations Unies, ont examiné les moyens de mettre fin à cette « urgence invisible » lors d'une table ronde organisée au Siège de l'ONU à New York.

 

Cette conversation franche et ouverte était organisée par l'initiative Spotlight, un programme conjoint des Nations unies et de l'Union européenne (UE) visant à éradiquer la violence contre les femmes et les filles.

Un danger clair et présent

Dans une vidéo ouvrant la discussion, la cheffe adjointe des Nations Unies a décrit la violence sexiste comme un « danger clair et présent » pour des millions de femmes et de filles dans le monde. 

 

La modératrice Melissa Fleming, responsable du Département de la communication mondiale (DGC) de l'ONU, l'a interrogé sur l'impact des femmes ciblées, notamment sur la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD).

 

« Essentiellement, ce que cela fait, c'est mettre en danger tous les ODD », a déclaré Mme Mohammed, « parce que si 50 % de l'humanité n'est pas couverte par ce programme - qu'il s'agisse de mettre fin à la pauvreté, d'avoir accès à l'éducation ou à un emploi décent - tout cela est en péril ».

 

Des femmes protestent contre la violence sexiste en Équateur.
ONU Femmes/Johis Alarcón
Des femmes protestent contre la violence sexiste en Équateur.

Pas si invisibles

La violence sexiste imprègne tous les aspects de la vie, qu'ils soient publics ou privés, a déclaré Reem Alsalem, experte indépendante des droits de l'homme des Nations Unies.  Elle commence aussi très tôt - dès l'enfance- et représente un « continuum » de violence.

 

« C'est pourquoi je me demande aussi si nous parlons vraiment d'une urgence invisible dans le sens où elle est assez visible pour ceux qui veulent la voir », s'est interrogée la Rapporteure spéciale des Nations Unies sur la violence contre les femmes.  

« C'est un peu comme la crise climatique.  Les preuves sont là. Nous pouvons la voir, nous pouvons voir les conséquences », a ajouté Mme Alsalem.

 

La discussion a servi de coda aux 16 jours d'activisme contre la violence à l'égard des femmes, une campagne mondiale annuelle qui se déroule du 25 novembre au 10 décembre, Journée des droits de l'homme.

 

Selon Natalia Kanem, la Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA), la Covid-19 a entraîné une augmentation considérable du nombre de violences sexistes dans le monde, même si les statistiques sont insuffisantes.

 

L'utilisation croissante de la technologie pendant la pandémie a également créé une « zone de danger » en ligne pour les femmes et les filles, a-t-elle ajouté, où elles sont traquées et harcelées.  

Les responsables de l'ONU affirment que la violence sexiste est une « pandémie de l'ombre », cachée sous Covid-19.
PNUD
Les responsables de l'ONU affirment que la violence sexiste est une « pandémie de l'ombre », cachée sous Covid-19.

Peur de s'exprimer

Cette question a également été soulevée par Henrietta Fore, la Directrice générale du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), qui a évoqué les risques auxquels les jeunes filles et les adolescentes sont confrontées en ligne, comme le grooming et le sexting, qui peuvent nuire à leur santé mentale.

 

Les Nations Unies ont décrit le pic de violence sexiste qui a accompagné la propagation de Covid-19 comme la « pandémie de l'ombre ».  Mais malgré l'augmentation des incidents, les femmes hésitent à parler des abus qu'elles ont subis. 

 

Une enquête menée par ONU Femmes auprès de 16.000 femmes dans 13 pays a révélé que si une femme sur deux a déclaré qu'elle, ou une femme qu'elle connaît, a été victime d'une forme de violence depuis le début de la pandémie, seule une sur dix a signalé l'incident à la police.

Une double victimisation

En outre, les données de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) ont révélé que l'année dernière, 47.000 femmes et filles ont été tuées par des partenaires intimes ou des membres de leur famille.

 

Pour Sima Bahous, nouvellement nommée Directrice exécutive d'ONU Femmes, le faible niveau de confiance des femmes dans les institutions censées les protéger est préoccupant. Elle craint que les femmes ne soient doublement victimes.

 

« D'abord, elles subissent la violence.  Ensuite, elles font l'expérience du manque de services de soutien et de justice qu'elles recherchent.  Et, bien souvent, elles constatent que même lorsqu'elles signalent les faits, et même lorsqu'elles y ont accès, les auteurs sont très rarement traduits en justice », a-t-elle déclaré.

Mettre fin à la « conspiration du silence »

À Dar es Salaam, en Tanzanie, des écolières organisent une marche contre la violence sexiste.
ONU Femmes Tanzanie/Deepika Nath
À Dar es Salaam, en Tanzanie, des écolières organisent une marche contre la violence sexiste.

 

L'ONU et ses partenaires continuent de travailler pour démanteler ce que certains participants ont appelé la « conspiration du silence » qui entoure la violence contre les femmes et les filles, pour faire en sorte qu'elles puissent faire entendre leur voix.

 

Grâce à l'initiative Spotlight, quelque 650.000 femmes et filles ont pu accéder à des services malgré la pandémie en cours.

Mme Fore a également mis en avant des exemples d'activités de l'UNICEF dans des pays tels que le Mexique, où l'agence a négocié un partenariat avec le gouvernement et le secteur de l'hôtellerie afin de fournir des abris sûrs dans les hôtels pour les survivantes et leurs enfants, ce qui était essentiel pendant la pandémie.

 

Parallèlement, en Iraq, en Équateur et au Liban, l'UNICEF a créé des espaces sécurisés virtuels afin d'améliorer l'accès aux services et aux informations pour les femmes et les filles, en particulier celles qui sont handicapées ou confrontées à d'autres formes de marginalisation.

 

« Ces initiatives et beaucoup d'autres peuvent-elles être transposées à plus grande échelle dans le monde ? » Oui, a répondu Mme Fore, ajoutant que l'initiative Spotlight a servi de bon espace de collaboration pour les agences de l'ONU.

 

Ghada Waly, la cheffe de l'ONUDC, a souligné un autre développement positif qui a émergé de la pandémie. Les gouvernements réalisent désormais qu'ils doivent investir dans la numérisation et les plateformes en ligne, ou « e-platforms », y compris pour la justice.  Elle a également souligné d'autres domaines à améliorer.

 

« Nous savons que les femmes sont plus en sécurité lorsque vous avez plus de femmes policières, lorsque vous avez plus de femmes juges, lorsque vous avez l'équité et la représentation des sexes dans ceux qui prennent les décisions et reçoivent l'appel à l'aide ». 

 

Source:news.un.org

Facebook

Dernier bulletin