Les personnes les plus affectées par les changements climatiques aujourd’hui, à savoir les femmes, les filles et les membres des communautés marginalisées, doivent participer à la conception et à la mise en œuvre d’actions de réponse aux changements climatiques afin que les bénéfices soient partagés de manière égale.

 

Étant donné que les femmes possèdent des connaissances et une expérience uniques, notamment au niveau local, leur inclusion dans les processus décisionnels est essentielle à une action climatique efficace. Une étude réalisée en 2019 a révélé que l’augmentation de la représentation des femmes dans les parlements nationaux conduit à l’adoption de politiques plus strictes en matière de changements climatiques, ce qui entraîne une réduction des émissions. Au niveau local, la participation des femmes à la gestion des ressources naturelles est associée à de meilleurs résultats en matière de gouvernance des ressources et de conservation.

 

L’élargissement de l’accès des femmes aux ressources productives peut accroître la production agricole et la sécurité alimentaire et également réduire les émissions de dioxyde de carbone. Si toutes les petites exploitantes bénéficiaient d’un accès égal aux ressources productives, leurs rendements agricoles augmenteraient de 20 à 30 pour cent et 100 à 150 millions de personnes ne souffriraient plus de la faim. L’augmentation des rendements agricoles peut atténuer la pression visant au déboisement de davantage de terres, réduisant ainsi les émissions supplémentaires.

 

En milieu de travail, le leadership des femmes est associé à une transparence accrue en ce qui concerne l’impact climatique. Des pourcentages plus élevés de femmes au sein des conseils d’administration des entreprises indiquent qu’il existe une corrélation positive avec la divulgation des informations sur les émissions de carbone.

 

Une action collective efficace de lutte contre les changements climatiques exigera de grands changements de cap dans la façon dont nous produisons et mesurons la valeur économique. L’abandon progressif des pratiques extractives et des économies fondées sur les combustibles fossiles offre l’occasion de créer de nouveaux emplois et d’offrir de nouvelles qualifications aux travailleuses. L’augmentation des investissements dans le secteur des soins de santé est un moyen efficace de mettre l’accent sur le bien-être collectif et de renforcer les économies sans augmenter les émissions.

 

Enfin, la santé et les droits sexuels et reproductifs sont essentiels à l’égalité des sexes dans l’action climatique. En renforçant les systèmes de santé pour répondre à la demande actuelle de services de santé sexuelle et reproductive, les pays pourraient sauvegarder les récents progrès réalisés en matière de conservation de l’environnement et de la biodiversité, d’adaptation au changement et d’amélioration du climat dans les domaines de la santé, de l’éducation et de l’égalité des sexes.

enka Barudanovic is a professor of ecology at the University of Sarajevo faculty of sciences in Bosnia and Herzegovina. Photo: UN Women/Rena Effendi.

 

Que signifie mettre l’égalité des sexes au centre des solutions climatiques ?

Pour placer l’égalité des sexes au centre des solutions aux changements climatiques, il convient d’intégrer diverses perspectives de genre dans les politiques et les programmes holistiques et durables de réduction des risques climatiques et environnementaux et des catastrophes.

 

La participation pleine et égale des femmes et des filles aux processus décisionnels est une priorité absolue dans la lutte contre les changements climatiques. Sans l’égalité des sexes aujourd’hui, un avenir durable, plus égal reste hors de notre portée.

 

 

Les solutions aux changements climatiques doivent également comporter des améliorations et des investissements dans des statistiques et des données sensibles au genre, afin d’amplifier la relation existant entre le genre et le climat, de renforcer et de faire respecter les droits fonciers, et de promouvoir des solutions durables dirigées par des femmes et axées sur elles, en particulier les solutions autochtones et locales fondées sur la nature, la gestion des ressources et les activités de production alimentaire.

 

Dans l’écosystème páramo des Andes équatoriennes, les femmes autochtones utilisent la production agricole durable et la gestion du paysage pour restaurer un écosystème fragilisé par des années de désertification et de surpâturage, phénomènes qui ont laissé de vastes étendues de terres stériles et épuisées. Les actions entreprises par les femmes contribuent également au démantèlement des stéréotypes sexistes et donnent aux femmes des moyens d’action leur permettant de contribuer aux processus décisionnels au sein de leurs communautés. « Le projet páramo nous montre que sans les femmes, il n’est pas possible de parler de solutions apportées aux changements climatiques et au développement durable », déclare la représentante d’ONU Femmes en Équateur, Bibiana Aido.

Norah Magero pose pour une photo avec la Vaccibox, un réfrigérateur solaire innovant fabriqué par son organisation Drop Access à partir de matériaux disponibles localement. Photo : RAEng/GGImages/Alissa Everett.

 

Enfin, les solutions aux changements climatiques doivent adopter une approche de financement sensible au genre. « Les actions dirigées par des femmes doivent être suffisamment et équitablement financées pour parvenir à une transition juste et écologique », affirme Norah Magero, une ingénieure en mécanique et experte en énergie renouvelable du Kenya qui possède de l’expérience dans la conception et la gestion de technologies énergétiques hors réseau.

 

Pour assurer un avenir plus durable, nous devons investir dans des technologies améliorant les sources d’énergie renouvelable et propre et favorisant la participation des femmes à leur développement et à leur utilisation. « Reconnaissez, applaudissez, publiez et encouragez les femmes courageuses qui ont constamment défendu et promu des mesures équitables, axées sur le genre et justes de lutte contre les changements climatiques », ajoute Norah Magero.

 Rima Chaaban Massoud tends to crops on her family’s 80-year-old farm in Lebanon. Photo: UN Women/Joe Saad.

 

Que pouvez-vous faire pour appuyer l’action climatique des femmes ?

La portée et l’ampleur des répercussions des changements climatiques peuvent être intimidantes, mais vos paroles et vos actions peuvent avoir une incidence sur les changements réels dans votre communauté.

 

Envisagez d’appuyer le travail des organisations, des entreprises et des coopératives locales dirigées par des femmes qui prennent des mesures de lutte contre les changements climatiques. Utilisez votre voix et votre vote pour responsabiliser les dirigeants et faire pression en faveur d’engagements visant à bâtir un avenir équitable et durable.

 

Donnez du pouvoir et des plateformes à la prochaine génération de championnes de la Terre en lisant et en partageant les histoires et le travail des femmes et des filles engagées en première ligne dans la lutte contre les changements climatiques. Utilisez le hashtag #IWD2022 pour participer à la conversation sur les médias sociaux et expliquez comment vous appuyez l’égalité des sexes en matière de lutte contre les changements climatiques.

 

Source:unwomen.org

 

Facebook

Dernier bulletin