Un lien prometteur a été établi entre la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) et la recherche de l’égalité des sexes et de l’autonomisation des femmes, déclare la Directrice de la Division du genre, de la lutte contre la pauvreté et de la politique sociale de la CEA, Mme Edlam Yemeru. Telle est son analyse lors des discussions sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et des filles en Afrique. L’évènement virtuel, organisé par la CEA, ONU Femmes et le FNUAP en marge du 8ème Forum régional africain pour le développement durable (FRADD).

 

L’évènement a réuni des parties prenantes du système des Nations Unies et d’autres agences et organisations internationales, ainsi que des partenaires de développement. Les discussions ont passé en revue les progrès accomplis dans le cheminement de l’Afrique vers les Objectifs de développement durable 4, 5, 14, 15 et 17. Les participants ont passé en revue les défis et les opportunités pour une égalité des sexes et un développement des femmes vert et inclusif.

 

Reconnaissant que certains des progrès réalisés en matière d’égalité des sexes ont été érodés par la pandémie. Mme Yemeru, souligne l’opportunité offerte par la ZLECAf de renforcer la capacité des femmes africaines à l’autodétermination. « La ZLECAf crée un énorme marché et devrait rassembler le continent de manière à augmenter la productivité et à créer davantage d’emplois », ajoute-t-elle. La croissance et l’expansion des technologies promises par le commerce intra-africain seront également des avantages considérables, en particulier pour améliorer l’inclusion financière des femmes.

 

La Représentante résidente d’ONU Femmes en République démocratique du Congo, Awa Ndiaye Seck, salue également l’intégration d’indicateurs de progrès et d’objectifs sur l’égalité des sexes dans le processus de mise en œuvre de la ZLECAf par les parties prenantes. Déclarant que cela constitue « une étape importante dans le suivi et la mise en œuvre d’un programme de développement sensible au genre et facilite la collecte de preuves sur la mise en œuvre sensible au genre pour le Programme 2030 et l’Agenda 2063 ».

 

Ce FRADD est une plate-forme annuelle multi-acteurs organisée par la CEA et le gouvernement hôte, cette année, le Rwanda, en collaboration avec la Commission de l’Union Africaine, la Banque africaine de développement et d’autres entités du Système des Nations Unies. L’évènement principal de cette année se tiendra du 3 au 5 mars 2022 sur le thème, « Mieux construire l’avenir : Une Afrique verte, inclusive et résiliente prête à réaliser le Programme 2030 et l’Agenda 2063 ».

 

Source:africa renewal

Facebook

Dernier bulletin