Après le Tchad et le Sénégal, les formateurs AfricTivistes débarquent au Burkina Faso pour accompagner et outiller un collectif d’acteurs de changement dans le cadre du projet Sahel Insight. Cette série  de formation est dispensée à travers une nouvelle méthodologie de co-création et d’intelligence collective par le biais de sessions sur l’engagement citoyen, le leadership citoyen, la campagne & influence digitale et l’intégration de la politique genre au service de la participation citoyenne pour la réduction des inégalités au Sahel.


Dans un contexte particulier marqué par une série de coups d'État dans la zone Afrique de l’Ouest, les défis sont énormes pour une reconstruction durable et inclusive. C’est dans un tel climat géopolitique et sécuritaire que ces jeunes se disent conscients de leur engagement à titre individuel et collectif. Ils estiment qu’entre 1984 et 2021, ils ont eu plus d’impact et de capacités d’influence et comptent travailler à unir leur force à travers une dynamique communautaire pour apporter des réponses aux innombrables maux engendrés par les inégalités qui se traduisent selon eux, entre autre par une extrême pauvreté, la violence, la corruption, l'ethnicisme, le régionalisme, l'analphabétisme, l’incivisme et l’injustice. 

 


Réunis du 21 au 24 février 2022 dans la capitale Burkinabè, ce groupe d’une vingtaine de participants s’engagent à unir leur force pour devenir collectivement un fort levier et de véritables acteurs de changement aux pouvoirs transformateurs. Pour beaucoup d’entre eux, alors qu’ils étaient tous engagés à titre individuel, cette session leur a permis de faire connaissance. 



Lors de son discours d’ouverture, Mr Kabore Omer, Directeur Pays Oxfam au Burkina Faso, a souhaité la bienvenue à la team AfricTivistes en  les rassurant “qu’ils étaient chez eux, malgré tout ce que l’on vit dans le pays”. Il est également revenu sur l’importance de ce projet porté par AfricTivistes en partenariat avec Oxfam et Wildaf  “Cette formation, dit-il, est une opportunité pour les jeunes du Burkina Faso de se familiariser avec les concepts et les enjeux de l’engagement citoyen et d’être outiller sur la campagne digitale pour mieux comprendre les enjeux liés à la lutte contre les inégalités dans le Sahel”.

https://www.youtube.com/watch?v=pF_sJHUrezw&feature=emb_imp_woyt

 

Comme à N'djamena et à Dakar, les Sahel Activistes bénéficiaires de la session de  Ouagadougou, partant du contexte burkinabé, ont défini  les inégalités comme étant une distribution inégale des richesses, matérialisée par un non-accès aux services sociaux de base pour la grande majorité de la population, se traduisant également par une injustice accentuée par certaines pratiques et croyances socio-culturelles, religieuses et politiques. 
Les jeunes activistes du Burkina comptent miser sur des actions qui, sur le  long terme, pourraient contribuer au changement d’attitude, de comportement à travers une prise de conscience des inégalités pour qu’enfin tous le pays puisse s'approprier la lutte. 
 

Cette lutte qui, selon eux ne sera réussie que si elle passe par : 
  • le respect des droits humains, 
  • la promotion de l’éducation, 
  • un accès aux services sociaux de base, 
  • une participation politique des femmes, 
  • une synergie d’action, 
  • une justice équitable 
  • une approche inclusive dans l’élaboration et la mise en œuvre des politiques publiques, 
  • une éducation de qualité pour tous.
 
Par une analyse Swot, les jeunes ont pu identifier leur force en tant que collectif; ils comptent sur leur volonté et capacité de résilience, leur diversité de compétence et de culture, leur capacité d’innovation et esprit d’équipe, leur motivation et passion commune, leur réseau individuel et collectif. 
Leurs travaux de groupe leur ont permis d’identifier trois portes d’entrées principales afin de matérialiser leur participation à la lutte contre les inégalités au Faso :
  • La conception et la mise en ligne d’une plateforme web sur les inégalités au Burkina Faso
  • Un programme de formation sur l’engagement citoyen et les inégalités 
  • Une campagne de sensibilisation sur les inégalités
 
Ces actions auraient un impact positif et considérable dans la lutte contre les inégalités au au Burkina Faso  qui ne se gagne certainement pas en un jour.
Ils demeurent convaincus qu’internet est actuellement le meilleur moyen pour former, éduquer et engager la communauté. Ainsi, en plus de créer une plateforme web dédiée, 180 élèves seront formés et outillés à l’engagement citoyen et à la réduction des inégalités via 9 sessions de formations, et une campagne sur le mariage d’enfants sera lancée.
 

Les Sahel activistes du Faso comprennent la sensibilité de leur engagement et ont  conscience des menaces ainsi que de leurs faiblesses en tant que collectif d’acteurs de changement. C’est ainsi que l’élaboration et l’analyse de la carte des acteurs et de pouvoir, leur a permis d’identifier les acteurs hostiles au changement dans le contexte burkinabè.
 
Au sortir de cette session de formation sur l’engagement citoyen, le leadership, le genre et la campagne digitale pour la lutte contre les inégalités, les bénéficiaires ont donné leurs impressions à travers des interviews .

BAILOU Bénédicte, juriste spécialiste des droits des femmes et coordinatrice de l’association Femin-in qui fait la promotion de la participation citoyenne des femmes au Burkina Faso estime que la formation était pratique, intense et technique. “Pratique grâce à la méthodologie basée sur l’intelligence collective qu’utilisent les AfricTivistes. Intense parce qu’ils étaient obligés de se concentrer tout au long de la session du fait de l’importance des contenus. Technique, parce qu'ils ont été outillés pour pouvoir aboutir aux résultats escomptés”, soutient-elle.
 
 
 
A la question de savoir si cette formation leur est utile pour leurs projets personnels et communautaires, SON Aboubacar, Sociologue et Président du Conseil d’administration de Leadership Jeune Pour La Paix et Le Développement en Afrique de répondre qu’il a déjà commencé de répliquer cette méthodologie sur un groupe de jeunes dans le cadre de son association.
 
 
 
SANA Amdiatou, chargée de communication au sein de l’Association pour le Bonheur des Personnes Nécessiteuses (ABPN) souligne que sa conception de la notion genre a beaucoup évolué. Grâce à la formation, elle a enfin compris les enjeux liés à la lutte contre les violences basées sur le genre.
 
 
ll faut aussi noter que le Bureau Oxfam pays s’engage à recevoir le collectif en séance de travail pour trouver ensemble des mécanismes de collaboration et de mise en œuvre des projets de Sahel Activistes Faso.
Les formateurs AfricTivistes donnent rendez-vous au Niger du 7 au 11 Mars 2021, ultime étape de la caravane dans le cadre de la première phase du projet AfricTivistes Sahel Insight.
 
Source:https://www.africtivistes.org
 
 

Facebook

Dernier bulletin